Les réflexes Archaïques

et la réflexologie combinée

Les réflexes archaïques ou primitifs sont à l’origine des premiers mouvements instinctifs du bébé in utero.

Leurs rémanences empêchent l’enfant d’acquérir la totalité des moyens qui lui sont nécessaires pour être à l’aise dans ses apprentissages, et ses comportements.

Un des premiers réflexes archaïques testés à la naissance 

c'est réflexe de marche automatique de Tomason

Qu'est ce qu'un réflexe archaïque ?

Les réflexes archaïques sont des mouvements automatiques que les nourrissons effectuent en réponse à certains stimuli sensoriels. Ces réflexes sont présents dès la naissance et disparaissent généralement au cours de la première année de vie, lorsqu'ils sont remplacés par des mouvements volontaires.

Quels rôles jouent-ils ?

Ces réflexes se développent pendant la période intra-utérine et sont essentiels pour la survie et le développement du bébé. 

Ils aident le bébé à se nourrir en lui permettant de téter. Ils possèdent également le développement des muscles et des articulations en stimulant le mouvement et l'exploration de l'environnement. Certains réflexes contribuent à maintenir l'équilibre et à favoriser les chutes, tandis que d'autres contribuent au développement de la coordination et de la motricité globale.

Exemples de réflexes archaïques :

Le réflexe de succion :

Lorsqu'un objet est placé près de la bouche du bébé, il effectue un mouvement de succion automatique.

Le réflexe de préhension palmaire : 

Si vous touchez la paume de la main du bébé, il refermera automatiquement ses doigts pour saisir votre doigt ou tout autre objet proche.

Le réflexe de Moro : 

Le bébé est surpris par un bruit fort ou une sensation de chute, il étend brusquement ses bras et ses jambes, puis les ramène vers son corps..

 

En résumé, les réflexes archaïques sont des mouvements automatiques présents chez les nourrissons qui jouent un rôle important dans leur développement initial. Ils aident le bébé à s'adapter à son environnement et à développer ses capacités motrices. 

Au fil du temps, ces réflexes laissent place à des mouvements volontaires et contrôlés par le cerveau.

 

Que se passe t-il quand ils ne sont pas intégrés?

Lorsque les réflexes archaïques ne sont pas intégrés correctement dans le développement du nourrisson, cela peut entraîner des problèmes potentiels sur le plan du développement et du comportement. L'intégration des réflexes est un processus naturel qui devrait normalement se produire au cours de la première année de vie. Cependant, dans certains cas, ces réflexes peuvent persister au-delà de cette période, ou ils peuvent réapparaître plus tard dans la vie en réponse à des situations de stress ou de déséquilibre.

Voici quelques exemples de ce qui peut se passer lorsque les réflexes archaïques ne sont pas intégrés :

Retards du développement moteur

Les réflexes archaïques sont liés au développement moteur du bébé. S'ils ne s'intègrent pas correctement, cela peut entraîner des retards dans l'acquisition de compétences motrices essentielles telles que ramper, marcher, sauter et autres mouvements de base.

Difficultés d'apprentisages

Certains réflexes, comme le réflexe de Moro, peuvent être décrits par des situations stressantes ou anxiogènes. Si ces réflexes continuent d'être actifs, ils peuvent interférer avec la capacité de l'enfant à se concentrer et à apprendre efficacement.

Difficultés de coordination

L'intégration des réflexes est importante pour développer une coordination corporelle fluide. Si les réflexes archaïques persistants, cela peut affecter la coordination globale et fine, rendre difficile la réalisation de tâches quotidiennes telles que s'habiller, écrire ou faire du vélo.

Sensibilité sensorielle

Les réflexes archaïques jouent un rôle dans le traitement des stimuli sensoriels. Lorsqu'ils ne s'intègrent pas correctement, cela peut entraîner une sensibilité accrue aux sons, aux lumières ou aux textures, pouvant causer de l'anxiété ou des problèmes sensoriels.

Problèmes d'attention et d'organisation 

Les réflexes non intégrés peuvent contribuer à des problèmes d'attention, d'organisation et de gestion du temps. Ces difficultés peuvent affecter la réussite scolaire et les interactions sociales.